Haute Charente
Ecrits & reportage 
sur la résistance


                                        « Accrochage à Confolens » 
 
le 27 juin 1944 à 17h20, un groupe de FTP du maquis de Chabanais sous le commandement de André Bailly (Marc Beaulieu dans la Résistance) entre à Confolens avec la mission de récupérer de l'essence et un car Citram. A la hauteur du tribunal civil(proche du garage Renault actuel), à proximité du pont appelé aujourd'hui « Babaud Laribière » le groupe tombe nez à nez cinq véhicules d'une soi-disant division 608 constituée avec les moyens du bord. Beaulieu ouvre le feu vers le pont, tue l'officier, un capitaine en tête de la colonne de la Wehrmarcht. Le combat fait rage, pendant quelques instant, six hommes sont bléssés côtés du maquisards et trois du côté allemand. Les maquisards décrochent et pendant cette manoeuvre, l'un deux Georges Vagneux âgé de 21 ans tombe mortellement atteint. 
L'unité allemande fait appel à des renforts qui arrivent dans la soirée ; ils arrêtent des ôtages, obligent le maire et le sous-préfet à transporter leurs blessés et leur mort à l'hopital ,mettent le feu au cours complémentaire de Jeunes filles qui sera complètement détruit, pillent ici ou là , en particulier le garage Loussert, route de Limoges où devaient se rendre le résistants..S'il n'ya a plus de victimes, c'est probablement en partie à cause du sang-froid du maire. La population qui savait ce qui c'était passé, à Oradour, quinze jours auparavant, était terrorisée. Les Allemands quittèrent Confolens dans la soirée vers 23 heures; extrait de Giraud »Le Confolentais dans la Seconde Guerre Mondial » et Guy Hontarrède « La Charente dans la Seconde Guerre Mondiale 
 
Une stèle érigée sur le lieu de l'accrochage rappelle le sacrifice de ce jeune résistant.